Choisir mon magasin

Vous devez partager votre géolocalisation pour activer cette fonctionnalité

ou

Vous devez entrer une ville, code postal, département pour activer cette fonctionnalité

Voir tous les magasins

Aucun magasin ne dispose de tous les produits de votre panier immédiatement. Aucun résultat trouvé

Voir plus de magasins

À l’occasion d’octobre rose, Courir s’engage aux côtés de l’association Ruban Rose pour soutenir la recherche contre les cancers du sein.
Du 1er au 31 octobre, 5 euros seront reversés à l’association sur chaque vente d’une sélection de sneakers roses signalées par un logo "Pink Spirit".
Pink Spirit_
Pink Spirit_
Pink Spirit_
Pink Spirit_
Pink Spirit_
Pink Spirit_
Pink Spirit_
Pink Spirit_
Pink Spirit_
Pink Spirit_

Most wanted

null
FORUM BOLD
null/5(638)
120,00 €
GREEN SPIRIT_
T-CLIP
null/5(6)
109,00 €
-25% XMAS RUSH
L002
110,00 € 82,50 €
-25% XMAS RUSH
BLAZER MID '77 JUMBO
null/5(3)
120,00 € 90,00 €
JUSQU'À -40% XMAS RUSH
FORUM BOLD
null/5(702)
À partir de 120,00 € 72,00 €
Pour incarner notre campagne Pink Spirit, nous avons fait appel à quatre femmes aux parcours singuliers, touchées par la maladie.
Nous vous invitons à découvrir leurs histoires.
53 ans, rédactrice de mode
Vanessa a 53 ans et travaille comme rédactrice dans le milieu de la mode. Il y a 5 ans, on lui diagnostique un cancer du sein hormono-dépendant : l’annonce est un coup de massue. Vanessa enchaîne opération, radiothérapie et chimiothérapie. Un traitement lourd qui durera plus de 3 mois et qu’elle a vécu comme un véritable combat. Une fois en rémission, le combat n’est pas fini pour autant. Vanessa se sent exténuée, son corps a beaucoup souffert et elle a besoin d’être reconstruite. Elle entend parler de l’Institut Rafaël, imaginé par le Dr Alain Toledano et c’est la révélation. Sophrologie, naturopathie, thérapie, danse ou encore yoga, autant de pratiques qui l’ont aidée à se réparer. Depuis, Vanessa est toujours aussi passionnée, mais elle a su ralentir le rythme et intégrer de nouvelles routines à son quotidien. Pour elle c’est certain, cette maladie n’est pas arrivée par hasard !
37 ans, médecin radiologue
Maëva est médecin radiologue, spécialisée dans le cancer du sein. Mais ce n’est pas tout ! À 37 ans, elle est également maman de 6 enfants et musicienne, auteure compositeur interprète, une passion qui a été salvatrice dans son quotidien. Une vie à 100 à l’heure et un travail choisi par envie d’aider et d’accompagner les femmes dans cette épreuve qu’est la maladie. Maëva le sait, un cancer du sein dépisté dès le début est un cancer qui se soigne plutôt bien, notamment grâce au dépistage organisé. L’autopalpation est importante, mais elle ne fait pas tout ! Il faut que les femmes apprennent à se regarder et à connaître leur corps pour pouvoir plus facilement sentir dès que quelque chose a changé. À partir de ce moment, on ne perd pas de temps : il faut absolument prendre rendez-vous avec son médecin. Lui seul pourra déterminer les examens à faire par la suite : échographie, mammographie, IRM, biopsie etc. En tant que médecin radiologue, Maëva suit énormément de patientes sur le long terme et elle n’a qu’un conseil : ne pas hésiter à parler de son cancer du sein avec ses proches et des professionnels, et ne surtout pas garder sa maladie secrète.
33 ans, employée du secteur de
la protection de l’enfance
Maman de 2 enfants, Nina a 33 ans et travaille dans le domaine de la protection de l’enfance. C’est en ressentant une vive douleur et une boule dans sa poitrine qu’elle décide de prendre rendez-vous avec son médecin. S’enchaînent une multitude d’examens et la veille de ses 31 ans, elle apprend qu’elle a un cancer du sein triple négatif, hyper agressif. Nina commence alors un traitement intense de 5 mois de chimiothérapie, qui n’a malheureusement pas fonctionné sur elle. Un mois après la fin de ce traitement, on lui retire la tumeur via une mastectomie partielle et on lui propose de rejoindre un essai clinique basé sur l’immunothérapie. Nina n’hésite pas une seconde et subit en même temps des séances quotidiennes de radiothérapie, le tout pendant 1 mois. Le corps de Nina ne supporte pas le traitement, son cœur est affaibli, son foie et sa thyroïde sont impactés. Résultat ? Elle devra prendre un traitement médicamenteux à vie. Malgré toutes ces péripéties, Nina est déclarée en rémission. Pendant toute cette épreuve, ses enfants et son mari ont été un soutien précieux : pour l’amour inconditionnel, mais aussi pour dédramatiser certaines situations. Aujourd’hui, Nina ose être enfin elle-même à 100%.
33 ans, créatrice de contenu
Lorsqu’elle a seulement 30 ans, Coraline apprend qu’elle est porteuse du gène BRCA1. Une mutation génétique qui augmente considérablement les risques de développer un cancer du sein et des ovaires. En 2011, sa mère a eu un cancer du sein triple négatif. Après une recherche de gènes (elle n’était pas la seule de la famille à avoir eu un cancer du sein) le verdict tombe : elle est porteuse du gène BRCA1, et ses filles ont 50% de risques de l’être également. 3 de ses 4 filles sont positives, dont Coraline. Si elle s’attendait un peu à cette annonce, Coraline a tout de même eu des moments très difficiles : sa mastectomie préventive bilatérale (avec reconstruction immédiate) et la proposition du futur retrait des ovaires, recommandé avant 40 ans. Coraline a énormément souffert des suites de sa mastectomie, mais a pu trouver du réconfort auprès de sa maman et de sa large communauté sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui âgée de 33 ans, Coraline en est sûre : la mastectomie préventive a été pour elle une seconde vie.